Carlo 1849: histoire d'un succès
Cette histoire commence dans la Milan d’autrefois, où coulaient les « Navigli » de Léonard, quand l’Italie n’était pas encore unie et que cette ville était plus européenne que lombarde.

Dans le quartier de San Celso, vers 1830, Carlo Castagna est un ouvrier apprenti dans un des ateliers les plus célèbres de Milan, où l’on produit depuis plus de cent ans des voitures à cheval somptueuses et élégantes, surtout pour l’aristocratie et les familles royales d’Europe : l’atelier Ferrari, ex Mainetti & Orseniga.

Grâce à ses efforts quotidiens dans son propre travail, Carlo arrive à gagner le respect de ses collègues et de son patron, au point de reprendre en 1849 l’entreprise de M. Ferrari, lorsque celui-ci exprime son intention de se retirer, et de constituer son entreprise familiale, la C. Castagna & C.
Carlo construit des voitures à cheval élégantes et majestueuses, parachevées avec un soin extrême, persuadé en son for intérieur que le luxe doit être construit lentement, avec passion : dans tous les détails.
Avec l’aide des plus grands noms de la noblesse milanaise, tant clients que commanditaires (Visconti, Brivio, De Capitani d’Arsago, Bagatti Valsecchi, Prinetti), il devient un entrepreneur affirmé.  De grands personnages lui demandent des calèches, précurseurs des futures voitures de sport : Alessandro Manzoni et Henriette Blondel en utilisent une en bois de citronnier fileté de rouge pour leurs promenades romantiques sur le lac de Côme.
Vers la fin du XIXème siècle, sur commission de Ottolini et Ricordi, importateurs pour l’Italie des quadricycles Benz, Castagna réalise les premières voitures poussées par un moteur à combustion.